J'ai vu Les Chevals Hongrois après Souchon

J'ai vu Les Chevals Hongrois après Souchon :

 

 

Comité de rédaction de Back'n'roll :

-Si ! Je veux le faire !!

-Mais arrête Xav, pff…tu vas pas faire un article sur Alain Souchon, voyons…

-Si !!

-Mais qu'est-ce qu'on en a à foutre de Souchon. C'est pas le genre de la maison. Réveille-toi Xav, houhou !!… c'est Back'n'roll ici, pas le Dauphiné Libéré !

-Je m'en fous, je veux le faire !!

- Ecoute, j'ai un autre truc pour toi. La ville de Seyssins organise les Chevals Hongrois dans une petite salle en face du Prisme, l'espace Victor Schoelcher. Vas-y faire un tour et ponds-nous un truc là-dessus !

-Les chevals Hongrois ?!

-C'est du rap.

-Du rap !? C'est une blague ! Tu sais bien que j'aime pas le rap français ! "Issu d'un peuple qui a trop souffert blablabla mes couilles" . Non, avec Souchon, y a du texte au moins.

- Allo maman bobo ?

-Mais c'est pas que ça Souchon pff..!! En plus c'est la tournée en binôme avec son pote au coeur grenadine là, je me rappelle plus son nom… ça sonne comme une marque de biscotte…

-Heudebert ?

-Mais non, bon laisse tomber, tu verras, je vais vous faire un papier du tonnerre !

-Ok, mais alors tu te démerdes. Ne comptes pas sur nous pour demander une accréditation.

 

Pfff, pas facile d'être un passionné.

Contre tout attente, je finis par vider mon compte pour m'acheter ma place. Rectification, je vide également mon livret A et me voilà à faire la queue devant le Summum.

Ça me rappelle de sacrés souvenirs.

La dernière fois que je suis venu ici, c'était pour les Pixies en 89. Ha non, après il y a eu Nirvana. Ha ! et puis Rage Against The Machine en 98. Et puis aussi New Model Army avec les Toy Dolls en première partie, putain c'était bon ça !

C'est vrai qu'il fut un temps où il y avait des bons groupes qui passaient par ici.

C'était avant Gad Elmaleh.

Je me fait placer par une charmante hôtesse à qui je propose ma vie en échange.

Par chance elle refuse, et je me rends vite compte que la salle est pleine à craquer.

5000 personnes. Vu du dernier rang, ça fait bizarre.

Autant de gens réunis dans un même endroit me fout toujours les jetons. Heureusement qu'ils sont là pour voir un concert. Imagine si c'était pour casser de la vaisselle, le boucan que ça ferait !

J'en suis là dans mes réflexions vitales lorsque je vois mon hôtesse revenir vers moi. Merde. C'est sur, elle a changé d'avis, elle veut bien de moi, qu'on fasse des enfants, qu'on vive heureux éternellement comme tout le monde, elle, avec son boulot d'hôtesse et moi avec le mien. Tiens, c'est quoi mon boulot au fait…? Pfff, je me sens palôt, je vais bien me sentir con à lui dire que je regrette, que mes pensées ont été plus vite que la réalité, et que non en fait je…

-Si vous le désirez, il y a une place de libre devant.

Ha ? C'est gentil merci…hum…mais je vais rester…heu…ici. La sortie de secours est juste à coté, et on ne sait jamais si il y a un attentat !! hahahaha !!!

Oups…absolument terrifiant de faire une blague comme celle-ci. Les gens à coté de moi me le font sentir instantanément. Ça veut dire que non, nous ne pouvons pas rire de tout.

Enfin pas des morts.

Moi, si j'étais mort, j'aimerais bien qu'on fasse des blagues de ce genre. Je suis sur que ça démotiverais tout de suite ceux qui veulent tuer. Faudrait qu'il trouve autre chose pour nous faire flipper. Par exemple, si on avait peur des bonbons haribo, et bien les terroristes nous canarderais avec des friandises. Ça serait tout de même moins sanglant.

Mais nous avons peur de la mort. Du sang. De la disparition… Et les djihadistes de sauter sur l'occasion. Sans jeu de mots bien sur.

J'ai quand même honte de me sentir si peu humain et les personnes autour de moi n'ont pas l'air très à l'aise. J'essaie de les rassurer en leur disant que j'ai été fouillé de fond en comble et qu'ils n'ont rien à craindre, mais ça ne marche pas des masses.

Ouf, le concert commence.

Et je m'ennuie direct.

Dommage.

Voir un vieux de 60 ans en jean slim chanter "J'ai dix ans", heu…comment dire…

Non, et pis ça sent la nostalgie à plein nez. Marre et archi marre de la nostalgie !! C'est bon quoi ! Moi, je veux rêver vers l'avant, pas vers l'arrière.

Je veux bien avouer qu'ils se débrouillent quand même pas mal sur certains morceaux.

Wasi-Wasa est un bon guitariste-mélodiste. C'est deux là sont sans nul doute les Lennon-McCartney français. C'est chiadé dans les harmonies y pas à dire. Et puis sur certain texte, comme par exemple "Et si en plus, y'a personne", pour un agnostique comme moi, là le Alain, il a trouvé les mots justes. Drôle et poignant.

Ouais, là ; ils m'ont touché je l'avoue.

Mais qu'est-ce que je m'ennuie…

Je décide donc de sortir mon sandwich aux épinards confectionné juste avant de venir alors que je me demandais qui pouvait bien décider d'organiser des concerts à 20h10.

Le problème avec les épinards, c'est la crème. Ça coule. Pourquoi, elle ne s'accroche pas aux épinards comme elle fait avec les tagliatelles carbonara ? Mystère.

Non, rien, ne s'accroche aux épinards. C'est une loi de la vie.

J'en mets donc un peu partout autour de moi, et comme je suis un garçon bien, je nettoie. Je demande à mes deux voisines si elles n'ont pas des mouchoirs en plus ; question à laquelle elles répondent qu'il faut que je me taise maintenant, ça suffit. Et surtout que j'arrête de bouger !

Hey, ça va la vieille ! Pas de ma faute si on est assis sur des sièges de 30 cm de large. Et puis a-t-on idée de regarder un concert assis ?!

Oui, mais ça dure trois heure.

Trois heure ?!

Une idée totalement incongrue me vient  alors à l'esprit, je vais me casser.

Mais voilà !!! Quel con de ne pas y avoir pensé plus tôt. Pas grave, si je me suis ruiné pour ce concert. Pas grave. Pas grave. Pas grave. Pas grave. Pas grave. Pas graaaaave !!!!

Je récupère ma caisse dans le parking trop petit en offrant une clop au mec de la sécu. Combien de temps tu vas rester debout dans le froid à garder des voitures vides ? 4 heures ?! Putain, cette société part en couille je vous le dit.

J'ai les nerfs en friture, pas question que j'aille me coucher alors ok je vais à Seyssins voir du Rap.

Bordel quelle soirée.

Comme j'ai pas voulu boire les bières du Summum servies par les filles les moins bien payé du monde vu la tronche qu'elles tirent, je prends quelques binches à la station.

Et ça me calme.

Un peu.

    Dans la petite salle de l'Espace Schoelcher je retrouve des lointaines proches connaissances, on s'hydrate copieusement et j'évite de dire d'où j'arrive. Le concert va commencer…Enfin est-ce qu'on appelle ça un concert quand sur scène il y un macbook et 2 micros ? Ben oui je suis de la vieille école moi. Et j'ai pas connu les mythiques sessions open-mic de la Grange-aux-belles.

A première vue, ils sont drôles. Drôles et motivés. Ils attaquent direct en faisant rimer "Martine Aubry" avec "Tartine au brie" et il ne m'en fallait pas tant pour me mettre dans leurs poches. Je suis étonné de ne voir aucune agressivité propre au genre ; "on va foutre le feu", "nique la police", "je t'emmerde la France sa mère la pute". 

Vous l'aurez remarqué, j'y connais rien au Rap français.

Je suis impressionné par le texte qu'ils débitent. Vous apprenez tout ça par coeur ?!

  Leurs gueules d'adolescents passionnés totalement à l'aise sur scène vivent les textes de l'intérieur. L'un hyper actif et l'autre en perpétuel rêverie lunaire, on éclate de rire, nous le public, à se faire traiter de centriste. Je fond littéralement à la reprise de Ta Katie Ta Quitté et le sample inespéré des pizzicatos violoneux des marquises de Brel prouvent qu'ils ont bon gouts.

Le BPM reste scotché à 90 et le DJ est habile sur sa turntable où le scratch renait de ses cendres. Oui, on n'entends plus de scratch, plus personne n'en fait !

Une bonne bande de pote à eux vient d'arriver et voilà que le micro passe de main en main pour une fin de concert totalement freestyle. C'est bon enfant et lorsque j'apprends que c'est depuis 2005 qu'il officie à faire des mixtapes à la pelle, tout ça dans l'artisanat la plus total, des émissions de radios ; tout un collectif qui apparemment savent passionnément occuper leurs temps libre, moi je dis bravo.

Merci les gars. Je crois que j'aime bien le rap du coup.

Le pauvre Souchon, devait encore se sentir Bidon et Jamais content au milieu des effluves de crème fraiche et d'épinards, mais qu'il se rassure, il sait à présent que les Chevals Hongrois sont là pour nous faire rêver de l'avant.

Dernière modification lelundi, 01 février 2016 13:04

Informations supplémentaires

0
0
1
s2smodern
powered by social2s
Connectez-vous pour commenter