Erwan

Erwan

URL du site internet:

1916 !

 
0
0
1
s2smodern
powered by social2s
En savoir plus...

Ghost@La Belle Electrique

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...

The Dirty Deep

Dirty Deep ou le groupe que la France ne mérite presque pas. Notre beau pays connu pour son amour de la musique rock (si vous entendez un grincement désagréable, don't worry c'est juste ma mâchoire qui se crispe par réflexe) est pétri de groupes dont le grand public n'entendra presque jamais parler qui ont pourtant tout compris. Pas forcément à la meilleure façon de faire de l'argent et de vivre de son art mais comment vivre pour celui ci sans concessions et sans regrets, animés simplement d'un instinct de comment et pourquoi il faut faire les choses... à la force du poignet.

Dirty Deep existe depuis quelques 5 années, d'abord comme un one man band de blues rugueux puis depuis quelques temps en duo guitare batterie blues garage toujours aussi raw, bosseur,  stakhanoviste de la route et du booking sauvage.

Entre 2 concerts « sérieux » (c'est à dire avec un cachet qui leur permet de vivre), les Strasbourgeois se sont arrêtés à Grenoble pour 2 jours, contraints et forcés, mais avec l'idée de poser quelques jalons dans nos montagnes au détour de concerts improvisés avec des bouts de ficelle.

Premier arrêt, le bar de la Nat' plus connu pour ses soirées foot que pour ses concerts mais à cheval donné on ne regarde pas les chicots de trop près et quand le patron est accueillant pas besoin d'une ouverture de scène de 10 m... Installés à même le sol dans un coin du bar, 2 micros, autant d'amplis et une batterie dont on sent qu'elle va vite devenir trop grosse pour l'espace confiné du lieu.  Dès les premières notes d'hamonica, le premier grincement de slide d'un vieux goulot de bouteille sur les cordes on sent que l'espace et le temps vont se distendre pour au moins une heure. La voix est au diapason, rauque, habitée avec juste ce qu'il faut d'accent pour s'y croire. Les premiers titres défilent et quelques signes ne trompent pas... Des sourires convenus entre spectateurs, des pieds qui ne peuvent s'empêcher de s'animer seuls et l'impression que l'on a toujours connu cette musique, cette voix, cette connivence entre les 2 musiciens. Car si le guitare/voix/harmonica sent le foin de grange et la poussière de chemin, la batterie est elle dure comme le bitume et solide comme une Ford tout juste sortie d'usine. Le gus derrière son kit connait son affaire, sait comment faire groover une rythmique et faire rebondir les parties de son acolyte. C'est puissant et fin, musical au possible et diablement efficace. Les tubes se succèdent, il y a peu de temps il faut finir tôt et si le duo se permet quelques égarements c'est surtout l'efficacité qui prime, la baffe directe et sans feintes. On sent les influences du blues du delta dans la simplicité des parties, l'utilisation des accordages ouverts pour tisser quelques plans à faire tourner encore et encore. La modernité n'est pas oubliée dans la recherche de l'accroche immédiate, la volonté d'emballer un titre, de le laisser galoper librement quitte à oublier un peu le delta pour se laisser porter par la musique de ces 20 dernières années. Le mix est efficace et authentique, pas de posture ou de mystification, le groupe sait d'où il vient et où il va. L'arrivée inopinée de la maréchaussée nous prive de la fin du set mais de toutes façons la messe était dites depuis ces fameuses premières notes d'harmonica, ce premier grincement de slide d'un vieux goulot de bouteille sur des cordes...

Deuxième arrêt qui découle directement de la soirée de la veille, le skate park de la Bifurk le lendemain soir. Un plan conclu au dessus d'un verre de bière autour d'une table de bar en s'échangeant 2 numéros de téléphone et la promesse qu'on allait tout faire pour que cela se fasse.

Le deal est simple : session libre dans le bowl contre set débridé de raw blues sur une plate forme au dessus du coping. Les meilleures idées sont les plus simples et des deux côtés le marché est assez vite conclu autour d'un ollie en santiag... Le rythme lent et régulier du boogie blues de Dirty Deep se cale sur les va et vient incessants des riders au fond du bowl tandis que les coups de trucks servent d'encouragements. Le set s'étire pendant plus de deux heures, improvisations, nouveaux morceaux, échange d'instruments, tout y passe. Les 2 acolytes sont dans leur élément et la soirée se finit comme elle avait commencé autour de quelques tricks de skate et d'une bière.

Il est plus d'une heure du matin, le temps de tout ranger dans le camion et le groupe est prêt pour repartir sur une route qui les mène à St Etienne le lendemain ou encore en République Tchèque par la suite. L'esprit reste le même : poser  12 mesures d'un vieux blues au coin d'une rue, dans un vieux bar ou une salle de concert un peu plus prestigieuse. Ici ou à l'ombre d'une vieille église baptiste à Rosedale Mississipi, maintenant ou il y a presque un siècle le refrain est toujours le même :

 

« I went down to the crossroads

fell down on my knees

I went down to the crossroads

fell down on my knees.... »

 

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...

The Amsterdam Red-Light District@l'Ampérage

Fut un temps où Grenoble avait sa place sur la carte hardcore, post hardcore de la scène française. Je vous parle ici d'un temps que les moins de vingt ans bla bla bla... Une époque peut être plus simple et directe, où avoir un myspace pour son groupe était déjà un signe de sérieux sans parler du fait de sortir un cd qui ressemble à quelque chose et qui ne soit pas juste écouté par votre grand mère... Si la mention de Elevate Newton's Theory, Feverish, Insight et autres Strikeback (qui deviendront ensuite Stillrise) ne provoquent aucune réaction nostalgique ne partez pas, le mode vieux con passe bientôt en off...  Les temps ont changé pour sûr, n'importe qui enregistre en qualité studio n'importe quoi, votre pote avec son boîtier réflex peut vous sortir un clip en 3 clics de souris bien ajustés et la moindre petite grenouille se gonfle d'air pour se faire plus grosse qu'elle n'est en espérant ne pas exploser en chemin. Difficile alors de faire le tri et nombreuses sont les déconvenues quand vient la sentence du live. Pour ce soir c'est avec confiance que l'on se rend à l'Ampérage, la retombée style bad trip n'est pas prévue au programme tant les petits gars de MFCK prod restent une valeur sûre en terme d'orga de concerts à la distribution taillée à la machette.

 

La mise en bouche assurée par Oligarchy et Gliesers passée, on taille direct dans le gras avec les lyonnais de The Amsterdam Red Light District qui, malgré une activité conséquente sur les scènes nationales et européennes, n'étaient jamais venus en voisins pour chauffer les planches grenobloises. Le style fait dans le punk hardcore calibré avec comme ligne de conduite l'énergie au service de l'efficacité. Le groupe est solide sur scène, mène son affaire avec sérieux sans se prendre trop la tête, les heures de pratique en live se font ressentir à grands coups de pieds sautés et autres sollicitations du public qui rentre dans le jeu.  Les TARLD de 2015 c'est une problématique à la Fight Club : se faire rincer la gueule bien propre oui, sauf que la distribution de mandale doit être assurée par Brat Pitt et Jared Leto, le difficile  équilibre entre rugosité et emballage propret.  Les voix gueulées des premiers temps sont de plus en plus minoritaires face à un chant plus posé et donc plus accessible, les structures des morceaux sont plus radio edit et l'on sent que le groupe cherche l'accroche à chaque refrain ou riff.  Au final c'est parfois un peu poli et sage mais les Lyonnais ont choisi l'entertainment plutôt que la révolution et jouent à fond leur carte. Le public en redemande et se déchaîne sur « I'm not insane », un bel exemple justement d'équilibre entre refrain catchy et énergie débridée. On peut reprocher un certain nombre de choses à The Amsterdam Red Light District mais certainement pas leur implication totale dans leur groupe et dans leurs prestations ainsi qu'une certaine franchise sur la marchandise même si celle ci peut ne pas être au goût de tous.

Les parisiens de Merge qui prennent la suite ne sont pas sur la même problématique sans pour autant avoir la vie plus facile. Dans la pléthore de groupes post hard-core et autres dérivés plus ou moins screamo, rester original sans se fourvoyer soi-même relève du tour de force. Les codes du genre sont archi balisés et nul doute que les Parisiens les connaissent sur le bout des doigts au vu de leur performance de ce soir. Parties down tempo lourdes et brumeuses, riffs plus tranchants dans le gras du spectre, le tout parsemé d'une voix aussi à l'aise dans le clair que dans le saturé sreamo, le groupe est bon de partout et impose un son massif et carré qui ne laisse pas beaucoup de choses au hasard. Si on rajoute à tout ça un bon look, le jeu de scène ad hoc et on a un tableau assez précis d'une certaine scène métal actuelle. Là où le groupe réussit son pari c'est en évitant justement de surjouer le style ce qui avouons le est parfois plus difficile que d'enfiler un putain de jean slim taillé pour des ados anorexiques nourris aux 5 fruits et légumes par jour... L'attitude du front man y est pour beaucoup,  là où certains en feraient des tonnes en mode dépressif de caniveau et artiste torturé à la petite semaine, lui semble juste habité et complètement tourné vers l'instant. Pas de phrases toutes faites ou de postures trop artificielles, une certaine forme de fraîcheur pas facile à trouver. Si la salle n'est pas comble le groupe lui joue comme devant une arena pleine à craquer, ne compte pas à la dépense et emporte la mise ce soir là.

La ligne de crête est parfois mince entre les 2 précipices que peuvent être la facilité et le fouvoiement hype d'autant que lorsque l'on a mis le pied d'un côté ou de l'autre c'est rarement de plein gré et sans comprendre tout de suite que l'on est déjà en train de tomber. Si The Amsterdam Red Light District et Merge n'empruntent pas forcément les mêmes chemins, leurs parcours font face aux mêmes aléas. Le live ne trompe pas et ce soir ces 2 groupes ont prouvé qu'une seule chose compte en musique : l'honnêteté face à soi même et face aux gens qui vous écoutent. En espérant juste qu'ils arrivent en haut de la montagne avant d'avoir fait le faux pas de trop..

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...

Black Zombie Procession

Black Zombie Procession est un groupe référencé et dont chaque note, chaque image, renvoie à quelque chose. Mais si certains jouent avec ces codes gentiment genre clin d'oeil de connivence amical et tape dans le dos, les BZP seraient plutôt du genre à maltraiter, triturer et passer dans une moulinette à grosses dents tout ce qui peut être à proximité de leurs cerveaux saturés d'hémoglobine au jus d'airelle et de culture bis à 2 francs six sous. Nasty Samy en élève assidu du bon Dr Frankenstein agence depuis maintenant presque 10 ans sa créature qui tend de plus en plus vers les penchants extrêmes de son créateur. Horror-core, Thrash à l'ancienne, Metal 90's, on peut essayer de coller toutes les étiquettes possibles sur le dos de la bête, celles-ci ont toujours tendance à se décoller pour ne laisser apparaître que la chair à vif, purulente et fourmillante d'asticots. Avec ce 3eme album, « Volume III : the Joys of Being Black at Heart», Black Zombie Procession a ouvert la chasse aux goules, ils ont fourbie leurs armes à l'acide et leur appétit semble encore insatiable!

Le concert de ce soir ne fait pas mentir la réputation du groupe. Après une première partie  assurée par Nothing to Prove, efficace, direct mais manquant d'un peu de mordant dans le chant et l'attitude avec le public, Black Zombie Procession enchaîne sans mise en scène putassière, à  peine une légère BOF martiale que n'aurait pas renié un T 800 en goguette. 

La mise en chauffe est rapide, pas le temps de prendre ses marques, les gars sont là pour tirer à vue. Le groupe développe un son de bulldozer, carré et massif, avançant sans répit dans le but évident de curer jusqu'à l'os le cerveau du spectateur consentant et légèrement masochiste. Les influences sont nombreuses et les citer pour se faire mousser n'avance à rien dans le cas de BZP tant, plus que le style pratiqué, c'est l'impression laissée par le groupe qui compte. Avec un jeu sec et sans fioritures, Fre derrière sa batterie impose une dynamique dévastatrice dès les premiers instants. Des vagues de folie semblent passer par intermittence dans ses yeux, aspirant la hargne de ses acolytes pour la restituer sans répits sur ses futs. Solide et précise comme ce devrait toujours être le cas dans un groupe un tant soit peu métal, la section rythmique pose les fondations du manoir des horreurs qu'est la musique de BZP.

Le coin étant déjà bien enfoncé dans les conduits auditifs de la cinquantaine de personnes présentes,  Nasty Samy se fait un malin plaisir de parachever le travail à grands coups de butoir de sa six cordes. Le gars est concentré, tendu et démontre la précision de ses rythmiques tout comme les aspects plus mélodiques de son jeu, venant contrebalancer le défilé quasi militaire de grosses parties thrash à l'ancienne. ElieBats s'impose au centre de ce barnum de fureur, droit comme la justice (« la loi c'est lui !»), communiquant avec le public par le poing et la voix sans en faire trop mais de façon solide et authentique. Sa voix épaisse parachève l'impression de violence et d'inconfort que le groupe insinue sur scène et sur disque.

Le set s'achève comme il avait commencé, sans préalables ou faux rappel, pas d'artifice juste la lumière qui se rallume brute tandis que le groupe sort après quelques mots. Le public quitte la cave petit à petit au son de Glenn Danzig et autres Ice T pendant que les gars remballent le matériel sans tarder tout en échangeant quelques mots avec des spectateurs attardés les teeshirts encore suants, les muscles toujours tendus, le verbe sec. Pas de chichis on vous dit...

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...

Andrea BALENCY@Le Ciel

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...

As a New Revolt@La Source

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...

The Dead Brothers@La Bobine

0
0
1
s2smodern
En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS