Lofofora, qu'à nouveau nos yeux s'émerveillent

L’Aquarium, premier concert dans cette nouvelle salle sur le Campus de Grenoble et pour son baptême du feu Lofofora. C’est la deuxième fois que Back’n’Roll rencontre Lofofora et Reuno, à chaque fois on voit tout ce qui fait que l’on aime leur musique et pourquoi on aime en parler. Sans chichi dans la loge commune avec Général Cluster et les Affranchis, Reuno nous offre de son temps juste après les balances et quelques heures avant le concert.

Les Lofofora vont débuter le concert dans une salle chauffée à blanc, dans une moiteur tropicale. Nous étions en novembre et malgré cela à l’intérieur les murs transpiraient. On se rappelle alors le nom de la salle l’Aquarium, effectivement le taux d’humidité est proche d’un aquarium.

Bien mis en bouche par les Affranchis et par Général Cluster dont le chanteur fêtait son départ, Lofofora commence directement par l’Oeuf afin de rappeler quelques vérités pour ceux qui auraient oublié ! Le set va enchainer à toute vitesse mélangeant toutes les époques avec Macho Blues, Envie de Tuer, Auto-pilote, ainsi que les nouveaux morceaux comme Double A, sans rappel (pourquoi perdre du temps à sortir de scène). Le set se termine par un hommage à Parabellum avec la version du Port d’Amsterdam ! Merde c’est fini !

A bientôt Lofo et merci!

En savoir plus...

Reste couchée ma chérie je vais chercher les croissants

  • Publié dans Disque

Vous qui lisez ce texte, vous savez que je ne suis pas objectif. D'ailleurs le sommes-nous vraiment (?), comme nous n'avons pas l'intention de disserter sur le sujet, je l'affirme je ne suis pas objectif !
En écoutant le dernier Lofofora, je savais déjà que cette chronique risquait d’être positive. Non pas pour une simple question d’être un fan, non pas pour avoir lu de bonnes chroniques mais pour le simple fait d’avoir suivi l’élaboration de ce nouvel opus. De la préparation à la sortie avec les photos de l’enregistrement, les extraits sonores, le clip qui annonce la sortie de ce nouveau Lofofora, tout cela nous a permis de commencer à nous faire une idée de cette « épreuve du contraire » avant sa sortie, l’attente des nouveaux morceaux comme l’attente du prochain épisode de votre série préférée.
Nous connaissions déjà «L’innocence», «Pornolitique» et le single «Contre les murs» qui forment l’ouverture de «l’épreuve du contraire». Et cela fait du bien de pouvoir se raccrocher à ces textes connus et rentrer dans l’album. Lofofora c’est obligatoirement plusieurs écoutes, la première pour la découverte, les suivantes plus attentives pour saisir tous les textes. Lofofora c’est un des derniers groupes avec des paroles, alors on en profite pour écouter.
Lors du précédent album j’avais interviewé Lofofora et je leurs avais demandé s’il y avait encore des choses qui énervaient Lofofora, Reuno m’avait simplement demandé de combien de temps je disposais ! La rage est toujours là ! En lisant les titres «Romance» et «Chanson d’amour» j’ai eu une petite sueur froide en me rappelant «vice et rale». Je n’ai pas été déçu en écoutant cette romance toute particulière et cette chanson d’amour, je le répète : la rage est encore là…
L’amour, la mort, l’hypocrisie, la dépression, l’amitié, le travail, les injustices, les cons, la vie encore une fois passée au crible dans cet album qui est dans la ligne du précédant, très travaillé. Et même si la dernière parole est tournée vers le futur plein d’optimisme et «qu’à nouveau nos yeux s’émerveillent » je garderais le fait que «question d’honneur Lofofora garde la haine et les cross». Un album que l’on a attend sur scène, à bientôt Lofo !

Lofofora
L'épreuve du contraire
label Athome , sortie le 15/09

En savoir plus...

Hellfest, jour 3

Dimanche 22 Juin

 

Dimanche, tous à la messe…Noir, avec Black Sabbath, Emperor, Opeth, 1349 que du groupe rigolo !!!! Espérons que Turbonegro et nos Cobra nationaux arriventà nous faire rire un peu en cette dernière journée qui s'annonce d'ores et déjà  sombre et envoûtante !

 

La journée commence par le concert de LOFOFORA sur la mainstage 1, les Français profitent de leur petite demi-heure de jeu pour nous donner une bonne leçon de Punk Hardcore et prouvent une fois de plus que Renaud est un des meilleurs chanteusr du circuit…à noter une apparition de Maxime Musqua chroniqueur au Petit Journal qui découvre les joies du circle pit !!

 

Changement d'ambiance avec les Suédois d' IN SOLITUDE, combos de Heavy Metal Dark occult. Tout en ambiance le groupe nous propose un heavy  classic  très inspiré par Mercyful fate et Candelmass…c'est pas mal, mais le son  des guitares un peu brouillonnes empêchent IN SOLITUDE de révéler toutes les subtilités de sa musique. Le fait qu'ils jouent sur une grande scène en plein soleil à midi n'aide pas à installer une atmosphère sombre et maléfique ! A  revoir dans d'autres conditions.

 

Changeons de scène pour voir les Américains de CROWBAR. Le qualificatif que j'emploierai pour décrire le groupe c'est GRAS !!! Gras comme leur son, gras  comme la lenteur des morceaux, gras comme le physique des musiciens… Avec CROWBAR on est écrasé par un mur de guitares et pris à la gorge par la voix écorchée du chanteur…une sacrée expérience !

 

Retour à la mainstage 2 où POWERWOLF donne une messe à la gloire du Heavy Metal, et quoi de mieux qu'un décor de cathédrale (backdrop reprenant l'artwork du dernier album, vitraux, groupe en habit de prêtre ou cardinal, pied de micro crucifix !!!) pour évangéliser la foule au Metal traditionnel car tout, chez POWERWOLF est efficace, le son (clair et précis) les chansons (aux refrains ultra simples et fédérateurs), le jeu de scène (étudié et toujours en mouvement) grâce au chanteur frontman la communication avec le public est instantanée, il se met l'assistance dans la poche en faisant chanter la foule sur les refrains et raconte 2/3 blagues potaches sur l'érection des festivaliers campeurs !!!!  Du coup c'est un carton plein pour POWERWOLF qui remercie chaleureusement  le public pour l'accueil qui lui est fait…

 

Un petit tour à l'espace presse pour se sustenter, se rafraîchir, reprendre des forces et direction la mianstage 2 pour assister au concert d'ANGRA et son nouveau chanteur Fabio Lione (aussi chanteur de Rhapsody of Fire). D'entrée de jeu, la mise en place est époustouflante, ANGRA c'est la virtuosité à l'état pur au service d'une musique rapide et mélodique avec en plus cette petite touche exotique qui pimente un peu leur speed métal !!! Le chanteur s'en sort avec les honneurs en atteignant sans trop de difficultés les notes très aiguës du vieux répertoire du groupe. Beaucoup de titres sont extraits d'Angel Cry et Hoy Land (les deux classiques de la formation Brésilienne) J'avoue être un peu ému de les revoir, car ANGRA à été un de mes 1er concert "Metal" à Grenoble en 1999….un bon concert plein de nostalgie !

 

Je switch une nouvelle fois de la mainstage 1 à la mainstage 2 ou ALTER BRIDGE à installer son matériel, autant vous dire qu'il fait très chaud ce dimanche après midi et les pompiers ont eu la bonne idée de venir arroser le public qui commençait à fondre sous ce soleil estival ! ALTER BIDGE c'est du gros rock/metal américain très efficace et calibré pour les radios avec couplet heavy et refrain lumineux et accrocheur….formule renouvelée sur toutes les chansons !!! Le public présent en masse répond au quart de tour et prend un plaisir évident à l'écoute des hymnes taillées pour les stades est festivals… mais perso je n'accroche pas,  je n'arrive pas à y voir autre chose qu'un produit, qu'une recette commerciale aguicheuse et très bien faite mais vite oublié!

 

 

 

Retour à la mainstage 2 ou j'attends avec impatience mes chouchous d'ANNIHILATOR ….et je ne vais pas être déçu. La force du groupe c'est sa bonne humeur communicative et sa maîtrise technique irréprochable, du coup le groupe enchaîne les tubes sans temps mort (Alice In hell, Phantasmagoria, le très rare Road to Ruin, Brain Dance, Human Insecticide…) autant vous dire,  je suis aux anges ! Le Thrash technique et mélodique d'ANNIHILATOR passe comme une lettre à la poste et au vue de tous les Thrashers à veste patchée autour de moi je ne suis pas le seul à headbanger comme un fou !!!!! Le seul point négatif (involontaire au groupe) c'est la poussière que génère les circles pit, pogos et autres brassages de foule….c'est par moment irrespirable quand on est au centre de la fosse ou devant la scène comme je le suis !!

 

Maintenant place à ma découverte du festival, mon coup de cœur, ma surprise : BEHEMOTH…C'est fou, moi qui suis tout sauf un fan de Black Metal j'ai été conquis par la prestation des Polonais. Ce qui m'a le plus captivé c'est l'intensité de la musique, le spectacle très visuel et la scénographie travaillée que nous propose le groupe, le chanteur est littéralement possédé et en regardant ce show j'ai vraiment eu l'impression d'assister à un rite païen ou une messe satanique (backdrop blanc puis noir avec symbole ésotérique, aigles en ferronnerie, pieds de micro avec cobras enflammés, colliers de pâtes de poulet ensanglanté…) Le tout servi par un son puissant et limpide incrusté de bruitages sonore malsains, le final faisait froid dans le dos quand le groupe a revêtu des masques de démon noirs se positionnant devant les aigles et se transformant en anges déchus, bref je me suis pris une grosse tarte !!

 

Place maintenant à SOUNDGARDEN célèbre groupe précurseur du grunge dans les années 90's. L'âge n'a visiblement pas d'effets sur Chris Cornell tant au niveau du physique que de la voix, le gars chante toujours aussi bien et hypnotise la foule avec ses airs de shaman… le reste du groupe fait le boulot en alignant les tubes (Spoonman, Rusty cage, Jesus christ poses et surtout le hit interplanétaire Black holà sun…) même si la musique est en place (chapeau au guitariste Kim Thayil) on a vu des concerts plus remuants….une bonne intro à Black Sabbath quand même ! ça y est ce marathon musical de 3 jours touche à sa fin avec en bouquet final BLACK SABBATH.

 

Le groupe (Ozzy, Geezer, Iommi) accompagné à la batterie par Tommy Clufetos (impérial ce soir) arrive donc sur la mainstage 1 pour une heure et demie de folie, le public exulte quand résonnent les premières notes de War Pigs suivi d'Into the Void et Snowblind.  Age of Reason, 1èr extrait de 13 leur dernier album passe bien le test de la scène et Ozzy (plutôt en forme) chante "relativement bien". Alors oui je sais qu'il y a débat au sujet du chant actuel d'Ozzy (même au sein de l'équipe de Back'n'Roll) mais de mon point de vue son chant n'as pas gâché la prestation de BLACK SABBATH ce soir. Certes il se déplace bizarrement (un peu comme une mamie ou un enfant qui apprendrait à marcher !!!) ,oui certaines notes sont fausses mais ça fait parti du personnage et du son BLACK SABBATH, étant fan j'ai passé un agréable moment qui à clôturé 3 jours intenses de concerts et de rencontres ! C'est donc après Children of the grave et un Paranoid chanté par 50 000 personnes que mon Hellfest s'achève, s'en suit un bon bain de foule pour retrouver toute l'équipe de Back'n'Roll éparpillée sur le site.

 

À l'année prochaine pour, j'espère, encore plus d'émotions !!!

Tony

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS