Qasar et Powersolo@La Bobine

Il y a foule ce soir devant la Bobine, la salle programme une soirée Rock prometteuse avec QASAR groupe Grenoblois qui à le vent en poupe et les Danois allumés de POWERSOLO.

C’est au son d’une intro planante et progressive que le groupe investit la scène, l’ambiance hypnotique des riffs mêlés à la voix haut perchée du chanteur nous plonge tout de suite dans un trip Rock psyché fin 60’s, fort heureusement QASAR sait varier les plaisirs en distillant sa musique d’influence tantôt Garage, Rock n roll,  Power Pop (les chœurs efficaces sur les refrains !) voire même Stoner/hard rock 70’s (sur certains riffs seulement). Le trio (assez jeune !!!) m’a bluffé par sa maîtrise technique et son assurance scénique, surtout au milieu de leur set où ils interprètent le single de leur 1er 45t qui, inévitablement fait bouger l’assistance (assez polie et calme en début de concert), pour ne rien gâcher à la fête, le son clair et précis a admirablement bien mis en valeur les arrangements et divers sons de guitares. Selon moi ce qu’il leur a fait défaut c’est peut être un manque de communication avec le public (sans vouloir tomber dans le ska festif non plus !!!) et une entame de set un peu lente

(Surtout en 1ère partie où les gens mettent souvent du temps à rentrer dans le concert et la soirée). Avec l’expérience de la scène, ces quelques défauts minimes seront vite oubliés !

Un bon concert pour le nouveau groupe phare de la scène Rock Grenobloise, bravo QASAR !

Après l’entracte et le changement de backline, c’est au tour de POWERSOLO de monter sur scène, je les avait vu il y a une dizaine d’années à Lyon et je m’était pris une bonne claque (ils avaient littéralement volé la vedette d’une formation garage 60’s pour lesquels ils assuraient la 1ere partie !! ). Bref, à part quelques cheveux blancs les frères Jeppersen n’ont pas changé, toujours aussi fous et déglingués. La formation Danoise a quand même évolué, le line up s’est étoffé d’un bassiste et le batteur originel a cédé sa place. Le passage d’un trio de deux guitares/batterie à un quatuor n’a pas fait changé la formation de style (on oscille toujours entre du Rockabilly, de la country et du rock’n roll sauvage !!), par contre la dynamique n’est plus la même, avant les deux frangins (trio oblige) se partageaient le show grâce à un subtil mélange de blagues/anecdotes entre eux et avec l’assistance), désormais  l’attention est rivée sur le chanteur, c’est lui qui fait le spectacle (il arrive torse nu avec un chapeau, de grosses lunettes noires, capé d’un rideau de douche du plus bel effet), il lance les vannes, inter agit avec le 1er rang, les autres musiciens sont donc plus en retrait…du coup, j’ai trouvé, le groupe, certes plus riche musicalement (quel batteur !!) mais moins fou et fun qu’il y a 10 ans !!

Le spectacle reste toujours aussi dingue et décapant, (paroles crues, grimaces et hurlements rockab’, onomatopées, chant possédés à la Screamin Jay Hawkins…) de plus, la section rythmique en béton armé a quand même bien « boosté » le groupe (c’est flagrant sur les parties Rock ou la basse consolide un mur épais que l’on se prend en pleine face !!!) On reprochera tout de même quelques longueurs en fin de concert durant les passages improvisés (la visite du chanteur dans le public s’éternise un peu trop) malgré cela POWERSOLO ne s’économise pas, sue à grosses gouttes et quitte la scène en nage sous les ovations du public.

Dernière modification lesamedi, 11 juillet 2015 10:22

Media

Connectez-vous pour commenter