Piers Faccini@La Source

Rendez vous était pris en ce jeudi 16 mars à la Source de Fontaine pour un concert folk ouvert sur le monde, la diversité culturelle et l’éclectisme musical avec  Faik et Piers Faccini. La salle a mis un peu de temps à se remplir mais  au final c’est devant un public venu en nombre que les 2 artistes rentrent sur scène pour entamer un voyage qui va nous entraîner vers les rivages méditerranéens de la Turquie, de la Sicile et du Maghreb…

Faik tout d’abord est presque un habitué de la salle de Fontaine ayant déjà œuvré précédemment pour la soirée d’ouverture de la saison culturelle du susdit lieu. Après une expérience rock-pop bien plus électrique avec son précédent groupe fake oddity, l’artiste d’origine turco-kosovar présente ce soir son  projet en duo avec une violoncelliste pour des compositions dépouillées piochant dans la tradition de la folk américaine mais également dans quelques réminiscences orientales qu’il sait distiller avec parcimonie. L’alliance avec  le violoncelle permet une richesse mélodique un peu plus soutenue, la voix de Faik est chaude et se permet quelques envolées. Le garçon sait également alterner les ambiances et les thèmes pour passer de romances convenues et bien troussées à des titres plus personnels parlant de l’exil ou de la recherche identitaire. Avec peu le duo a fait beaucoup embarquant avec lui le public par sa simplicité, sa franchise et son énergie positive communicative.

Piers Faccini est un routard, il tourne sans cesse, toujours dans des formules originales, des lieux inattendus, proposant à chaque fois plus une expérience inattendue qu’un simple concert. Après être passé par une performance en pleine Chartreuse dans une chapelle isolée, un récital envoutant et habité dans la grande salle de la MC2 avec Vincent Segal, l’italo-britannique revient cette fois-ci presque dans un format plus conventionnel avec un groupe et des instruments électriques. C’était sans compter sur son dernier album « I dreamed an island » où il choisit de revisiter la culture méditerranéenne au sens large par le prisme du creuset multi culturel qu’était la Sicile au XIII°s . En trio avec ses 2 musiciens Simone Prattico à la batterie et Malik Ziad au guembri et à la mandole, il réalise le tour de force d’interpréter des compositions originales ou chants traditionnels du sud de l’Italie ou du Maghreb comme si l’ensemble ne formait qu’un tout uniforme et personnel. Les thèmes renvoient à des considérations séculaires mais toujours autant d’actualité : la rencontre entre les cultures qui dressent parfois des murs infranchissables entre les hommes que ceux-ci n'ont de cesse d'essayer de les abattre (« Bring down the wall ») ; le souvenir d’une ancêtre sicilienne qui va au marché acheter quelques fruits (« Judith ») ou encore d'une ancienne sérénade à chanter sous le balcon de sa bien aimée lors d'une chaude nuit étoilée. La voix pure et douce du chanteur passe avec aisance d’une langue à une autre (anglais, français, italien, berbère, sicilien) tout en ajoutant par touches quelques inflections arabo-andalouses sans tomber pour autant dans la caricature ou le cliché.  La scénographie astucieuse transforme des lampes posées à terre ou suspendues en moucharabie scintillants et évocateurs ajoutant encore une touche de poésie sensible et discrète.

Piers Faccini reste un artiste unique en concert.  Ses influences, sa volonté farouche de ne pas se répéter, de toujours proposer quelque chose de nouveau pour lui et le public mais surtout son talent, sa formidable sensibilité et sa vision si personnelle, font de chacune de ses apparitions des moments uniques  et rares à ne jamais manquer ! Ce fut le cas ce soir à Fontaine, ce sera à nouveau le cas lors de sa prochaine venue qu'il ne faudra à nouveau pas rater sous peine de passer à côté d'un moment unique.

0
0
1
s2smodern
powered by social2s
Connectez-vous pour commenter